Cercle Nautique du Touquet

Location de catamaran, école de voile & club de propriétaires.

Les dispositifs de signalement vers les CROSS

La navigation pratiquée déterminera le type d’équipement le plus approprié. Le matériel embarqué doit permettre de transmettre l’alerte en étant identifié et localisé au plus vite afin de réduire le temps d’arrivée des secours.

connaissanse des appareils

 

La radio VHF portable

Une radio VHF (very high frequency) portable offre la possibilité d’initier une communication avec une autre station radio de navire à proximité ou vers un Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) possédant une très bonne couverture grâce à ses antennes relais disposées sur les côtes françaises. Sa portée moyenne varie entre 2 et 6 milles. Il appartient au chef de bord de s’assurer de sa capacité à communiquer.

Il est recommandé de s’équiper d’une VHF portable avec GPS (global positioning system) et ASN (appel sélectif numérique) intégrés et de toujours préférer un appareil étanche à l’immersion au moment de l’achat (indice de protection IPX-7 au minimum).

Les avantages.

  • Par appui prolongé sur la touche de détresse, l’ASN (ou DSC en anglais) est reçu par un CROSS ou à défaut par un navire sur zone.
  • Avec la position GPS transmise par la VHF ainsi que les échanges avec les navires à proximité, le guidage des secours est plus efficace.
  • Sur certains modèles, une lampe stroboscopique fournit une source lumineuse pour être vu par les moyens de sauvetage.
  • Réception régulière de la météo marine sur les voies dédiées.

Les limites

  • Autonomie de la batterie.
  • Portée d’émission moindre qu’une VHF fixe (qui atteint 15 à 25 milles).

VHF

Balise de détresse individuelle (PLB) 406 MHz Cospas-Sarsat.

Les balises de détresses 406 MHz sont des balises fonctionnant par satellite. Encas de déclenchement, l’alerte est relayée au CROSS via le système international Cospas-Sarsat. À privilégier en cas de navigation en solitaire et en tous les cas pour une navigation au large (préférer une EPIRB - emergency position indicating radio beacon - pour une navigation hauturière).

important balise Cospas sarsat

Les avantages

  • Un système qui a fait ses preuves (plus de 35 000 vies sauvées en 30 ans) partout dans le monde.
  • Couverture mondiale par satellite.
  • Un positionnement précis grâce au GPS.
  • Un dispositif de radio ralliement (porté de quelques miles) sur une fréquence dédiée qui permet aux moyens de secours de se diriger directement vers la balise.
  • Autonomie en émission de 24 heures minimum.
  • Pour certains modèles de balises, une lampe stroboscopique permettant de fournir une source lumineuse pour être vu par les moyens de sauvetage.

Les limites

  • Une balise de détresse 406 MHz ne permet pas de rentrer en contact avec les navires à proximité.
  • Les balises de détresse individuelle (PLB) ont une autonomie moins importante qu’une balise de détresse dédiés (EPIRB) donnée pour 48 heures en émission.

verification de la baliseTéléphone  portable

Le téléphone portable, incontournable auprès du grand public, n’est pas forcément le dispositif le plus adapté à un environnement marin.

Les limites

  • Faiblesse voire absence de réseau.
  • Communication avec un seul interlocuteur ; les navires à proximité ne sont pas informés d’un éventuel problème.
  • Autonomie de la batterie.
  • Difficulté voire impossibilité de communiquer directement avec les moyens de secours.

telephone portable

Les dispositifs de repérage

Les événements de mer qui nécessitent de longues recherches concernent le plus souvent les petits flotteurs et les loisirs sous-marins, car les embarcations de petites dimensions, basses sur l’eau, les hommes à la mer ainsi que les plongeurs sont très difficiles à repérer. Emporter des moyens individuels de repérage peut se révéler déterminant dans une situation périlleuse.

Pour être secouru il faut être vu

  • En mer, les vêtements de couleurs vives, qui ne se rencontrent pas dans la naturecomme par exemple la couleur orange, augmentent vos chances d’être repérer
  • „„Pour les pratiquants de loisirs nautiques, les aides à la flottabilité et les combinaisons de couleurs vives assurent une visibilité accrue.
  • À bord des navires, les vêtements avec des bandes réfléchissantes et des capuches de couleur fluorescente sont les plus adaptés à la navigation de plaisance.

Le repérage de jour

Fluorescéine

Durée 5 heures. Visible à une distance de 500 m par un moyen aérien mais peu visible depuis un moyen nautique, dispersion rapide par mer forte mais il tient dans une poche.

Fumigènes

Étanches, ils permettent de se faire repérer de jour à moyenne distance (trois milles par un hélicoptère à 100 m d’altitude). Leur durée de fonctionnement varie selon les modèles et peut aller jusqu’à 20 minutes. Leur efficacité est très limitée par vent fort.

Le repérage de nuit

Les secours, notamment les pilotes d’hélicoptères, sont équipés de jumelles de vision nocturne qui amplifient la lumière afin de repérer beaucoup plus facilement les personnes à la mer. Porter un moyen de repérage lumineux augmente considérablement
les chances d’être repéré. Soyez prévoyants. Vous pouvez tomber à l’eau le jour, et n’être repéré qu’à la nuit.

Lampes flash

Elles présentent l’intérêt d’émettre des éclats visibles à plusieurs milles (pour les meilleures) par nuit noire et ciel dégagé.

Bâton luminescent

Simple tube de plastique contenant un réactif qui produit une lumière fluorescente. Il faut privilégier ceux dont la durée d’éclairement est la plus longue (jusqu’à 12 heures). Bon marché et peu encombrant, le bâton luminescent est un moyen de repérage performant.

Le repérage par tous temps (de jour et de nuit)

Feux à main

Ils permettent de se faire repérer précisément de jour comme de nuit sur de courtes distances (3 milles). Leur durée de fonctionnement est d’environ 1 minute. Les tenir obligatoirement sous le vent avec un gant ou un chiffon mouillé pour éviter les brûlures.

Fusées à parachute

Elles montent jusqu’à 300 mètres et sont visibles jusqu’à 25 milles (40 km) par temps clair. Un parachute ralentit leur descente et assure leur visibilité pendant une durée d’une minute environ. Il faut les percuter au vent car elles dérivent très rapidement sous l’effet du vent.

Les systèmes MOB AIS (équipements récents)

Le MOB AIS a vocation à transmettre une alerte au navire support ainsi qu’aux navires à proximité à la seule condition qu’ils soient équipés d’un récepteur AIS compatible (ou traceur homme à la mer). Ce dispositif ne transmettra pas d’alerte vers les CROSS. Il est à privilégier pour une navigation en équipage.

reperage de jour comme de nuit

 Source www.anfr.fr , plaquette téléchargeable:" les " Moyens individuels de sécurité et de repérage en mer".Moyens individuels de sécurité et de repérage en mer". Mise a jour novembre 2014